Château Carbone Séries Post Carbon Framework
Commitcraty

Commitcraty

Installation murale sur les différentes projections du futur et sur notre capacité à les modifier.

12.12.2019
commitcraty-01.jpg
commitcraty-02.jpg
commitcraty-03.jpg
commitcraty-04.jpg
commitcraty-05.jpg
commitcraty-06.jpg
commitcraty-07.jpg
commitcraty-01.jpg
commitcraty-02.jpg
commitcraty-03.jpg
commitcraty-04.jpg
commitcraty-05.jpg
commitcraty-06.jpg
commitcraty-07.jpg
×

L'idée de Commitcraty est née d’un dialogue Arts/Sciences avec une doctorante, Anaïs Machard du Laboratoire LaSIE de l'université de La Rochelle. Dans sa thèse "Contribution à la Conception des Bâtiments sous la Contrainte du Changement Climatique" est notamment question des modèles de prévisions scientifiques des changements climatiques jusqu'en 2100. La divergence ces modèles est telle que les plus optimistes envisagent une augmentation de 2°C alors que les plus pessimistes une augmentation de 7°C. C'est cette divergence de projection qui a inspiré la pièce.

Commitcraty est une frise temporelle, chronologique qui met en scène de multiples futurs. Elle est composée de grands rouleaux de papier, sorte de pellicules déroulées qui représentent des lignes de temps. Elles débutent aujourd’hui, de façon parallèle, et se prolongent vers le futur en se croisant, se superposant par des pliages et sur des rouleaux, comme ceux que l’on retrouve en imprimerie. Certains futurs s'enroulent, disparaissent, ou se retournent, pour évoquer les différentes projections possibles -comme de multiples dimensions- et notre incapacité à les appréhender, à les voir, à les comprendre.

Pour cette première version, le plan de masse de la Galerie 5 de la Bibliothèqe Universitaire d'Angers sert de motif et est répété sur chaque rouleau. L'impression au traceur et le sujet choisi font écho au monde de l'architecture qui utilise les mêmes techniques (traceur, papier) pour imprimer leurs plans.

Les six lignes de temps représentent six scénarios, six futurs qui évoluent et se décomposent suivant des processus informatiques. Le rendu est graphique et sobre. Les traits représentant les murs, les portes, les fenêtres deviennent de simples lignes qui évoluent d’image en image. La disparition est générée par une transformation temporelle portant sur les traits de l'image. Les traits disparaissent suivant leur emplacement dans le fichier de référence, ou selon les points qui composent les lignes et les formes, ou encore, en modifiant leur couleur. L'évolution de la disparition suit des courbes différentes selon les scénarios, l'effet s’accélère ou ralentit.

Le titre vient d'un mot que l'on utilise dans le programme Git, qui gère l'historique de projets informatiques. On y emploie le terme "commit " quand il s'agit d'archiver une modification du code et de propager cette modification à l'ensemble des développeurs. On peut ainsi voir tout le processus de création, de concertation, les différents chemins de l'histoire du projet. Dans ce contexte, un programme informatique n’est, ni plus ni moins, qu’un texte collaboratif. Or, nos sociétés sont régulées, contrôlées par des textes : lois, accords, contrats, décrets, rapports, conventions ... En déclinant ces méthodes à d'autres domaines que l'informatique, on pourrait y voir les bases d'un outil démocratique très intéressant. 

Exposition :

  • Exposition N-N, Galerie 5, Bibliothèque Universitaire Belle Beille, Angers du 12 décembre 2019 au 7 mars 2020.

Aide technique : Virginie Pouliquen

Partenariat : Université d'Angers, École d’art et de design TALM-Angers