Precious Plastic El-Zohra n’est pas né en un jour

Chimères Orchestra

Des insectes robots sont lâchés dans la ville, matière contre matière ils tapent sur les structures urbaines et répondent aux rythmes des activités humaines par des rythmes organiques.

24.1.2017
chimeresorchestra-15.jpg
chimeresorchestra-01.jpg
chimeresorchestra-02.jpg
chimeresorchestra-03.jpg
chimeresorchestra-04.jpg
chimeresorchestra-05.jpg
chimeresorchestra-06.jpg
chimeresorchestra-07.jpg
chimeresorchestra-08.jpg
chimeresorchestra-09.jpg
chimeresorchestra-10.jpg
chimeresorchestra-11.jpg
chimeresorchestra-12.jpg
chimeresorchestra-13.jpg
chimeresorchestra-14.jpg
chimeresorchestra-16.jpg
chimeresorchestra-15.jpg
chimeresorchestra-01.jpg
chimeresorchestra-02.jpg
chimeresorchestra-03.jpg
chimeresorchestra-04.jpg
chimeresorchestra-05.jpg
chimeresorchestra-06.jpg
chimeresorchestra-07.jpg
chimeresorchestra-08.jpg
chimeresorchestra-09.jpg
chimeresorchestra-10.jpg
chimeresorchestra-11.jpg
chimeresorchestra-12.jpg
chimeresorchestra-13.jpg
chimeresorchestra-14.jpg
chimeresorchestra-16.jpg
×

Chimères Orchestra est une installation artistique dans l’espace public qui met en scène plusieurs robots-percussionnistes accrochés à des structures urbaines. Ils ont la forme d’insectes, de créatures hybrides échappées d’un zoo pour envahir le territoire de l’Homme. Leurs pattes tapent sur le support pour créer des rythmes, matière contre matière, comme une réponse aux rythmes de la ville, aux activités humaines. La programmation musicale repose sur l’écriture de rythmes évolutifs, du chaos à l’harmonie, en suivant différents mouvements : tribal, répétitif, frénétique, décalé, … Les robots « hackent » la ville, physiquement, et invitent les passants à faire de même, à questionner nos rythmes individuels et collectifs et notre relation ambiguë avec les machines, entre fantasmes technologiques béats et peurs de la perte de contrôle.

Le projet a été initié par Jérôme Abel en 2011 et est porté depuis 2014 par l’association Reso-nance numérique.

Techniques: Pure Data, Arduino, UDOO/RaspberryPi/Linux, MOSfets, moteurs de fermeture de portes de voitures, bras mécaniques, fraiseuse numérique

Avec l’aide de : Olivier Broquet (électronique), Aymeric Alandry (designer), Nicolas Buclin (facteur d’instrument)

Coproduction : Transcultures, Conseil général de l’Oise, Science Gallery, CNC/DICREAM, l’association Zinc

Remerciements : Zinc, Pacabot, Fablab Centrale Marseille, Jonathan Dalphin, Labomedia, Emmanuel Rodrigues, La « Caserne », Emmanuel Mehois, François Abel


Expositions

Printemps de Bourges
Printemps de BourgesCarré d’Auron, Bourges 2017-04-18 > 2017-04-23

ChroniquesKiosque, Marseille 2017-01-29 > 2017-02-12

GamerzGalerie Seconde Nature, Aix-en-Provence 2016-11-04 > 2016-11-13

Smart CityThéâtre Liberté, Toulon 2016-01-29 > 2016-01-31

Machines
MachinesFriche Belle de Mai, Marseille 2015-11-21 > 2015-11-22

Programmer pour ne pas être programmé
Programmer pour ne pas être programméEspace Mendès France, Poitiers 2015-05-27 > 2015-05-30

ShadokStrasbourg 2015-04-10 > 2015-04-11

Orléanoïde #3
Orléanoïde #3Place du Général de Gaulle, Orléans 2015-01-30 > 2015-02-15

CMMR 2013Théâtre des Bernardines, Marseille 2013-10-15 > 2013-10-16

Hack the cityScience Gallery, Dublin, Ireland 2012-06-22 > 2012-09-08

Journées du patrimoinePéniche de la Cité des Bateliers de Longueil-Annel 2011-09-17 > 2011-09-18

ArchistSt Marcel, Marseille 2011-04-30